Avertir le modérateur

04/02/2013

"M" : Islam de France, les convertis face aux clichés

convertis islamSujet brûlant que j'aborde dans mon livre Pour Allah jusqu'à la mort. Je n'ai pas lu le dossier dans son intégralité et je crains que Le Monde le traite sous un angle trop partiel (ou partial...) Paul Landau

Ils ont un jour prononcé la chahada, ces mots brefs qui valent profession de foi de l'islam : "Je témoigne qu'il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah et que Mahomet est son Prophète." Ils se rappellent un décor simple : la petite mosquée de Gennevilliers pour Abdel Raouf, car la grande n'existait pas encore ; celle de Melun pour Bilal ; ou une salle de prière du côté du métro Couronnes, à Paris, pour Amin. Ils racontent la présence d'un ami musulman, simple pratiquant, pas forcément d'un imam – "pas d'intermédiaire avec Dieu", dit Amin. Ils répètent cette phrase qu'on leur a dite si vite : "Ça y est, tu es musulman." Ils dépeignent une religion où il est facile d'entrer. Ils ont alors changé de prénom : Raoul est devenu Abdel Raouf, William est devenu Bilal, David est devenu Amin.

Et, plus ou moins rapidement, ils l'ont annoncé à leurs parents. Abdel Raouf se souvient de son père conciliant : "Tant que tu trouves ton bonheur..." ; de sa mère, fervente catholique, tendue et silencieuse, qui semblait promener au-dessus de sa tête une bulle pensive de bande dessinée dans laquelle son fils apparaissait en terroriste. A sa famille juive, David devenu Amin n'a rien dit tout de suite. Sa mère a remarqué quelque chose de différent. Leurs rapports étaient plus simples, moins tendus. Elle a compris au moment du ramadan. "Tu as changé, je ne suis pas bête, tu t'es fait musulman." Elle a préféré qu'il n'en parle pas à son père, qui a fini par lire la vérité dans la barbe de son fils qui s'allongeait. Finalement, seuls ses deux frères l'ont très mal pris. Chez Baptiste, le père a sorti des "trucs bêtes" ("Alors, tu vas plus manger de porc !"), la mère était au bord des larmes lorsqu'il a demandé qu'on l'appelle désormais autrement. "Elle a eu peur que je change, que je ne sois plus le fils qu'elle a eu." Face à l'émotion de sa mère, Baptiste a expliqué que ce n'était pas obligatoire de changer de prénom. Il est resté Baptiste. "Je ne savais pas qu'on pouvait faire autrement", s'étonne William, devenu Bilal, assis à côté de lui. "Ma mère aussi avait les larmes aux yeux", ajoute-t-il.


 

"M" le magazine du Monde (numéro 72)

Lire l'enquête en édition abonnés ou en kiosque à partir du 1er février.

12:48 Publié dans Islamisme | Tags : convertis islam | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu