Avertir le modérateur

30/04/2013

Merah et Tsarnaev, même combat, par Gilles Kepel

jihad.jpgNB L'analyse de Kepel est intéressante, même si son recours aux explications sociologisantes est réducteur et s'il a tendance à vouloir renvoyer dos-à-dos l'islam et l'Occident, tendance accentuée dans ses derniers livres, beaucoup plus politiquement corrects que son ouvrage majeur  - Djihad. PAUL LANDAU

L'attentat de Boston présente de troublantes similitudes avec la tuerie de Montauban et Toulouse en mars 2012. A une année de distance, deux opérations de "djihad du pauvre" ont été menées en Occident par des jeunes musulmans brusquement radicalisés issus de l'immigration.

Les rapports des Etats-Unis à la Tchétchénie ex-soviétique et ceux de la France à l'Algérie ex-coloniale diffèrent. Mais l'attentat à l'autocuiseur piégé qui a tué trois passants dont un enfant et blessé des dizaines de personnes, suivi du meurtre d'un policier, participe de la même logique que l'assassinat des militaires français ainsi que des petits élèves et du professeur de l'école juive Ozar-Hatorah.

Ces deux passages à l'acte illustrent en effet les préconisations du "troisième âge du djihad", théorisées par l'idéologue islamiste syrien Moustafa Sitt Mariam Al-Nassar – dit Abou Moussab Al-Souri – dans son volumineux opus Appel à la résistance islamique mondiale. Il fut mis en ligne à partir de 2005, lorsque l'auteur comprit que les opérations centralisées impulsées par Al-Qaida avaient failli, avec l'échec du djihad du "deuxième âge", à instaurer un "califat islamiste" en Irak – le "premier âge" se référait au djihad contre l'Armée rouge en Afghanistan dans la décennie 1980.

Lire aussi : Al-Souri, le cerveau du djihad des pauvres

En septembre 2001, la stratégie de Ben Laden était en avance sur la doctrine militaire américaine : l'arsenal de la "guerre des étoiles" s'avéra futile contre les pirates de l'air de New York et de Washington. Dans la décennie qui suivit, l'Occident rattrapa son retard : la surveillance des transferts de fonds, la réorganisation du renseignement et des forces spéciales, les ravages causés par les drones parmi les imams et les fedayins de l'Irak au Yémen et à l'Afghanistan, portèrent des coups terribles au djihad "organisé" par le haut.

Lire la suite

28/04/2013

Attentats de Boston : la mosquée de la radicalisation par Gerard Fredj

ENCORE UNE HISTOIRE DE CONVERTIS!

NB J'aborde dans mon livre Pour Allah jusqu'à la mort le rôle des convertis en tant qu'agents de radicalisation et de propagation de l'islamisme, comme dans le cas de ce converti arménien évoqué dans l'article ci-dessous. Paul Landau


La mosquée fréquentée par les frères Tsarnaev, auteur du double attentat de Boston a été associée, à plusieurs reprises, à des mouvances radicales voire terroristes.

Plusieurs autres personnes qui fréquentaient la mosquée de la Société Islamique de Boston ont fait l'objet d'enquêtes sur leur participation à des réseaux terroristes islamistes.

Son premier Président, Abdulrahman Alamoudi, a été condamné pour des liens avec une tentative d'assassinat d'un prince saoudien...devenu aujourd'hui le roi d'Arabie saoudite.
Sa mosquée "sœur", le centre culturel de la Société Islamique de Boston a, à plusieurs reprises, invité des intervenants qui défendaient des hommes accusés de terrorisme.

Un de ses administrateurs apparaît dans une vidéo postée sur Internet dans laquelle il déclare que "les homosexuels sont des criminels", "que les hommes peuvent battre leurs femmes", et appelle "Allah à tuer les juifs et les sionistes".
Tous ces éléments ont été révélés par une ONG, "Américains pour la Paix", un groupe inter-religieux qui surveillent les mosquées suspectées d'extrémisme.

Lire la suite

11/04/2013

Le nouveau visage du djihadisme français Par Jacques Follorou

afghanistan.jpgTrois mois après le début de l'opération militaire française au Mali contre des islamistes armés et deux ans après celui de la guerre civile en Syrie qui a ouvert un nouveau front, la France distingue mieux la nature de la menace djihadiste venant de son sol.

Les experts judiciaires et policiers constatent, en effet, le développement d'une forme de "nomadisme individuel", selon les termes d'un membre de la communauté du renseignement, qui irrigue aussi bien la région du Sahel, de manière "résiduelle", que la zone afghano-pakistanaise. Une analyse corroborée par d'autres sources, à Islamabad, Kaboul et Bamako. Seule exception notable à ce tableau, le conflit syrien qui est la destination d'un mouvement plus organisé.

 

L'Afghanistan, terre ancienne de djihad, reste une destination prisée. Avant de commettre ses meurtres, Mohammed Merah avait été ainsi arrêté, le 22 novembre 2010, par la police afghane dans la ville de Kandahar, après être entré par la frontière ouzbèke.

 

En août 2011, deux autres Français venus chercher l'aventure djihadiste terminaient leur périple à l'ambassade de France, à Kaboul, faute d'avoir pu rejoindre les rangs d'Al-Qaida. De source diplomatique, on confirme que ces deux personnes ont pénétré sur le sol afghan par l'Ouzbékistan et vainement tenté d'être recrutées. A leur retour en France, ils ont indiqué aux policiers qu'ils avaient été abusés par des escrocs qui leur avaient dérobé leur argent.

 

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu