Avertir le modérateur

30/04/2013

Merah et Tsarnaev, même combat, par Gilles Kepel

jihad.jpgNB L'analyse de Kepel est intéressante, même si son recours aux explications sociologisantes est réducteur et s'il a tendance à vouloir renvoyer dos-à-dos l'islam et l'Occident, tendance accentuée dans ses derniers livres, beaucoup plus politiquement corrects que son ouvrage majeur  - Djihad. PAUL LANDAU

L'attentat de Boston présente de troublantes similitudes avec la tuerie de Montauban et Toulouse en mars 2012. A une année de distance, deux opérations de "djihad du pauvre" ont été menées en Occident par des jeunes musulmans brusquement radicalisés issus de l'immigration.

Les rapports des Etats-Unis à la Tchétchénie ex-soviétique et ceux de la France à l'Algérie ex-coloniale diffèrent. Mais l'attentat à l'autocuiseur piégé qui a tué trois passants dont un enfant et blessé des dizaines de personnes, suivi du meurtre d'un policier, participe de la même logique que l'assassinat des militaires français ainsi que des petits élèves et du professeur de l'école juive Ozar-Hatorah.

Ces deux passages à l'acte illustrent en effet les préconisations du "troisième âge du djihad", théorisées par l'idéologue islamiste syrien Moustafa Sitt Mariam Al-Nassar – dit Abou Moussab Al-Souri – dans son volumineux opus Appel à la résistance islamique mondiale. Il fut mis en ligne à partir de 2005, lorsque l'auteur comprit que les opérations centralisées impulsées par Al-Qaida avaient failli, avec l'échec du djihad du "deuxième âge", à instaurer un "califat islamiste" en Irak – le "premier âge" se référait au djihad contre l'Armée rouge en Afghanistan dans la décennie 1980.

Lire aussi : Al-Souri, le cerveau du djihad des pauvres

En septembre 2001, la stratégie de Ben Laden était en avance sur la doctrine militaire américaine : l'arsenal de la "guerre des étoiles" s'avéra futile contre les pirates de l'air de New York et de Washington. Dans la décennie qui suivit, l'Occident rattrapa son retard : la surveillance des transferts de fonds, la réorganisation du renseignement et des forces spéciales, les ravages causés par les drones parmi les imams et les fedayins de l'Irak au Yémen et à l'Afghanistan, portèrent des coups terribles au djihad "organisé" par le haut.

Lire la suite

24/02/2013

Caroline Fourest : une « semi-lettrée » à la solde d’Eurabia, Paul Landau

 

Caroline Fourest, EurabiaLa diffusion sur France 5 de l’émission en plusieurs parties « Les réseaux de l’extrême » ne nous aura rien appris d’essentiel que nous ne sachions déjà sur l’extrême-droite ou sur les islamistes. Mais elle aura au moins permis de faire tomber les masques et de confirmer ce que plusieurs chercheurs ou auteurs (parmi lesquels, notamment, Pierre-André Taguieff, Bat Ye’or ou l’auteur de ces lignes) répètent depuis plusieurs années : Caroline Fourest n’est pas une « amie » de la communauté juive ou d’Israël… Elle n’est pas non plus une intellectuelle à proprement parler, mais plutôt une militante et une « semi-lettrée * », qui a mis ses modestes capacités de réflexion et son ambition démesurée au service de sa carrière (fulgurante, il faut le reconnaître) et au service d’une idéologie : Eurabia.

Il n’est pas étonnant que, dans la partie de son émission la plus tendancieuse, celle consacrée aux « Naufragés de Sion », Fourest s’en prenne essentiellement à deux représentants de l’extrémisme supposé au sein de la communauté juive et des amis d’Israël : la LDJ, sur laquelle je dirai quelques mots, et les « réseaux anti-Eurabia » (expression employée dans le descriptif de l’émission sur le site de France 5). En fait de « réseaux », l’émission ne donne la parole qu’à deux personnes, dont le discours n’est aucunement réfuté ou contredit : Guy Millière et Bat Ye’or.

(J’ajoute que si Caroline Fourest avait mené une véritable enquête, elle aurait pu découvrir qu’il existait véritablement un lien entre les militants anti-Eurabia (ou anti-islamisation) et les amis d’Israël en France et en Europe, ce qui pourrait faire l’objet d’une émission passionnante… Encore faudrait-il faire un véritable travail de journaliste, et pas se contenter de faire du copier-coller et d’aller glaner quelques images dans les archives de France Télévision !)

 

caroline fourest,eurabia

Philip De Winter et David Haivri : les réseaux anti-Eurabia existent mais Fourest ne les a pas trouvés...


Lire la suite

20/01/2013

L'Etat décore une délatrice : Caroline Fourest, par Elise Elisseievna

fourest goudou.jpgAujourd'hui, le ministère de la Culture remet une décoration à une fille qui n'est rien d'autre qu'une délatrice se vantant de sa délation, comme si c'était un modèle à suivre...: Caroline Fourest: voir http://www.culture communication.gouv.fr/Ministere/L-agenda-de-la-ministre.

 
Il est bien certain que cette remise de décoration, pour une fille n'ayant en tout et pour tout  que quelques ouvrages plus que contestés et pour certains déjà condamnés par la justice ("les sponsors du FN », déjà des listes de noms, et la biographie de Marine le Pen), conforte les propos recueillis en "off" par un journaliste de la revue Charles, sur la peur qu'inspire cette fille en raison de son relationnel. Quand on a ce genre d'appui, on peut tout se permettre n'est ce pas ?

Caroline Fourest balance publiquement le nom d’un homme qui la critique,  et se vante publiquement de ce fait, à la lire : de  ce "haut fait" à placer à son actif d'investigatrice : comment qualifier cet acte en réalité : il s’agit bien d’une dénonciation intéressée ( intéressée à l'évidence puisque c'est dans une réponse à une critique de cet homme, juif, donc "quelque part" plus légitime - ou pouvant être perçu comme plus légitime par le public -qu'elle pour parler de risque de génocide pour les juifs ou d'autres menaces contre les juifs dans telle ou telle politique, qu'elle commet sa dénonciation, l'intérêt pour elle est bien évidemment de le dissuader de continuer sa critique, même si elle présente sa dénonciation comme la révélation d'une situation politique qui serait selon ses dires et sa présentation extrêmiste)  c’est-à-dire d’une délation, doublée d’une apologie de la délation, et elle en est fière...

Lire la suite

22:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu