Avertir le modérateur

17/07/2013

Death metal, islam et radicalisme politique, par Paul Landau

death metal,black metal,islam,convertis,vikernesLes médias décrivent ces derniers jours le parcours de Kristian Vikernes, le "norvégien néo-nazi interpellé en Corrèze". Un aspect intéressant de son parcours, décrit dans un article du Monde, est son passage par le "Black metal". Dans mon livre Pour Allah jusqu'à la mort, j'ai évoqué ce genre musical bien particulier à propos d'Adam Gadahn, le porte-parole d'Al Qaida d'origine judéo-chretienne, converti à l'islam radical. Extrait. Paul Landau

 

Du death metal à l’islam 

 

            A l’âge de 15 ans, Adam se prend de passion pour un genre musical très spécial, le death metal. Un ancien D.J. d’un groupe de death metal, Spinoza Ray Prozak, explique ainsi la vision du monde des adeptes de ce genre musical : « Le death metal est un mouvement extrémiste. Nous rejetons la société moderne, qui conduit uniquement à la mort, à la destruction et à l’horreur ». Contrairement aux apparences, les adeptes du death metal ne sont pas des adolescents nihilistes, rejetant toute norme sociale ou morale. Au contraire, ce sont souvent des jeunes gens en quête d’authenticité et d’une forme de religiosité différente du christianisme. Comme l’observe justement le journaliste du New Yorker, Raffi Khatchadourian [1], leur rejet du christianisme s’exprime plutôt à travers le langage et l’imagerie du paganisme, voire du satanisme, que de l’athéisme. Un grand nombre d’anciens adeptes du death metal, une fois qu’ils ont quitté cet univers culturel, deviennent très religieux.

 

death metal,black metal,islam,convertis,vikernes

 

Le cas d’Adam Gadahn confirme cette analyse. Il collectionne les disques, correspond avec d’autres amateurs de death metal et compose lui-même sa propre musique. Il achète des magazines spécialisés qui contiennent des listes de fans avec lesquels il échange des cassettes. Cette forme d’échanges répond aussi au besoin de socialisation de l’adolescent, qui a vécu toute son enfance dans une ferme isolée. En juin 1995, alors qu’il est âgé de 16 ans, Adam décide de quitter la ferme de ses parents pour aller vivre chez ses grands-parents à Santa Ana. Il vient de terminer le lycée et ne sait pas encore dans quelle voie se diriger. Il trouve un travail dans un magasin d’informatique et passe beaucoup de temps à surfer sur Internet.



[1]Raffi Khatchadourian, « Azzam The American, The making of an Al Qaeda homegrown », The New Yorker, 22 janvier 2007.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu