Avertir le modérateur

16/09/2013

Convertis à l'islam radical: le mythe du "lavage de cerveau", par Paul Landau

lavage de cerveau,conversion à l'islam,djihad,convertis toulousains,filière toulousaine«Il faut que les familles dont les enfants partent en Syrie pour combattre, se mobilisent et sortent de l’isolement pour stopper ce lavage de cerveau dont sont victimes de nombreux jeunes à la dérive», déclare le père de Jean-Daniel et Nicolas, les deux jeunes convertis à l'islam radical toulousains (1). La description du processus de radicalisation des deux frères correspond tout à fait à ce que j'ai décrit dans mon livre Pour Allah jusqu'à la mort, Enquête sur les convertis à l'islam radical. Dans l'extrait ci-dessous, je réfute l'explication du "lavage de cerveau" très souvent avancée par les proches de ces jeunes convertis.

 

 

La question du brainwashing (lavage de cerveau)

 

            La seconde idée reçue relative au processus de recrutement des djihadistes en général – et des convertis à l’islam radical en particulier – est celle du « lavage de cerveau ». Ce concept relativement récent – il date des années 1950 – est intéressant pour notre enquête à un double titre : il a en effet été utilisé à la fois pour expliquer le phénomène des conversions en général, et aussi pour tenter de comprendre le phénomène spécifique de l’enrôlement dans les organisations terroristes. Le chercheur italien Massimo Introvigne, fondateur du Centre d’études sur les nouvelles religions, a distingué dans un ouvrage récent [1] trois phases dans l’utilisation de la notion de « lavage de cerveau ». La première est celle des années 1950, où l’expression « brainwashing » apparaît dans un article du Miami Daily News traitant des méthodes utilisées par les communistes chinois pour « retourner » des prisonniers de guerre ou des détenus politiques. C’est pendant cette période que la notion se répand dans le grand public, notamment sous l’influence du roman de Richard Condon, « Un crime dans la tête », best-seller adapté à l’écran par John Frankenheimer en 1962. La deuxième période est celle de la lutte contre les sectes dans les années 1970-1980. La troisième est celle de la nouvelle offensive contre les sectes des années 1990, qui fait suite aux suicides collectifs du Temple solaire en Suisse.

lavage de cerveau,conversion à l'islam,djihad,convertis toulousains,filière toulousaine

(1) http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/12/1707340-pere-djihadistes-toulousains-temoigne-fils-ont-subi-lavage-cerveau.html

Lire la suite

20/06/2013

Djihad culturel et domination d'Eurabia Par Paul Landau

jeu de paume, djihad, eurabie, bat yeor

Les raisons profondes de l’apologie du djihadisme palestinien au musée du Jeu de Paume

"Le Dialogue euro-arabe a ainsi importé en Europe la tradition anti-chrétienne et antijuive de l’islam inscrite dans l’idéologie djihadiste depuis treize siècles. Sa nature hostile ne fut même pas discutée. Honnis ceux qui l’évoquent… Les immigrants véhiculent ces préjugés en Europe avec la complicité active de lettrés, de politiciens et de tout l’appareil culturel du Dialogue".

Bat Ye’or, Eurabia, l’axe euro-arabe, p. 284

 

Les principales organisations juives françaises se sont émues et ont dénoncé à juste titre la scandaleuse exposition au Musée parisien du Jeu de Paume, qui montre sous un angle positif les « shahidim », ces djihadistes palestiniens qui se sont fait exploser dans des cafés et des autobus en Israël, faisant ainsi l’apologie du terrorisme palestinien, sous couvert d’art et de « photographie ». Mais il n’est pas certain qu’elles aient pris la mesure véritable de ce qui est en jeu ici et des raisons profondes qui conduisent des institutions culturelles françaises et européennes de premier plan à se faire le relais de la propagande arabe la plus virulente contre Israël et contre les Juifs.

jeu de paume, djihad, eurabie, bat yeor


Pour comprendre l’enjeu de cette « polémique » (c’est le terme employé par les médias français qui rapportent l’affaire, le plus souvent en prenant le parti du musée et de l’exposition), il faut tenter de dépasser l’aspect étroitement « parisien » de cette exposition et prêter attention à la dimension européenne (et eurabienne) de cette affaire. Un des arguments employés par les défenseurs de l’exposition (et par la directrice du musée) était de dire qu’elle avait déjà été exposée en Espagne, où elle n’a suscité aucune réaction hostile…

Lire la suite

27/01/2013

Djihad : les femmes aussi Par Caroline Laurent-Simon

Djihad, femmes, convertis, islamElles sont françaises et viennent grossir les rangs djihadistes. Mais qui sont ces nouvelles va-t-en-guerre ? Marc Trévidic, juge au pôle antiterroriste, décrypte pour nous cet alarmant phénomène.

Alors que sept otages français sont encore  détenus au Sahel par des groupes liés à Al-Qaida, que l’assaut du site gazier d’In Amenas, en Algérie, s’est terminé en tragédie et que la France est engagée au Mali contre les forces islamistes radicales, Marc Trévidic, juge depuis 2000 au pôle antiterroriste du Tribunal de grande instance de Paris, livre dans un ouvrage choc – « Terroristes, les 7 piliers de la déraison »* – un témoignage exceptionnel. Le magistrat y analyse les tenants et les aboutissants de la planète djihadiste. Une « cause » meurtrière où les femmes, parmi les sympathisants et les activistes en France, jouent désormais un rôle concret.

ELLE. Vous révélez dans votre livre que de plus en plus de femmes sont engagées dans la « cause » djihadiste…
Marc Trévidic. C’est une nouvelle donne inquiétante. J’ai actuellement en cours presque une dizaine de dossiers visant spécifiquement des femmes pour leurs activités. Certaines sont incarcérées, d’autres placées sous contrôle judiciaire. Jusqu’ici, je m’intéressais davantage aux femmes en tant qu’épouses de djihadistes. Elles accompagnaient leur mari dans les camps d’entraînement où elles n’avaient pas un rôle actif mais celui, « traditionnel », de compagne dédiée à la cuisine et au ménage. Elles ne faisaient pas la guerre. Exceptée la Belge convertie à un islam radical Muriel Degauque, auteure d’un attentat-suicide en Irak en 2005, les femmes volontaires pour être kamikazes posaient d’énormes questions dogmatiques aux chefs terroristes et religieux radicaux. Ils ne savaient pas quoi faire avec ces candidates au djihad. C’est avec Internet que leur implication et leur rôle ont explosé.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu